K-branding -Facial

Marquage au fer rouge pour un (premier) album dont on se rend vite esclave. Facial : un masque de beauté, celui, africain, d'art primitif de la pochette ou bien une décharge abondante dans la gueule ? K-Branding , trio belge à base d'improvisations noise, n'a pas pu se décider, proposant les trois simultanément. Et bien plus encore. Indus tribal, noise urbaine, art-rock brut, post-post-punk, cold wave, ils n'ont pas su choisir leur camp non plus, pour le meilleur, abatant l'une après l'autre les frontières stylistiques afin d'engendrer une musique libérée de tout carcan. La résultante du fait d'habiter dans un pays un peu plus que linguistiquement divisé ? Ça, et la Jupiler qui coule à flots. La soumission est totale et immédiate pour cette somme de saturations organisées, ces beats répétitifs qui conduisent autant à la transe qu'à la folie, ce sax aussi no-waveux que free-jazzeux - puisque c'est approximativement la même chose - et ces voix robotiques - ou vocodées comme sur Antisolar Point, le morceau le plus accessible du lot, ou le moins difficile, qui rappellera que les A-Frames ont certainement dû être élevés par Gary Numan. Ce qui la coupe le plus, c'est cette extériorisation intégrale qui fait vite comprendre qu'en plus de savoir ce qu'il fait et où il va, ce groupe y croit à fond et il a raison. Ceux qui suivront seront vite mis à genoux, les autres s'en retourneront à leur indie-pop estudiantine, tout penauds.

Le fabuleux dernier titre hypnotique et grinçant, qui me fait replonger dans le Gong Lake , s'appelle Take Your Hat Off, et je m'exécute : « Messieurs, chapeau bas ! »

February 2009 by Bil @ http://www.nextclues.com/ - [Click]